Les Carnets de Magellan

Le Sri Lanka

La beauté du Sri Lanka a donné une foule de surnoms élogieux au pays : « l’île émeraude », « la perle de l’Océan indien », « la larme de l’Inde ».

Des plages tropicales aux plantations de thé en altitude, celle que l’on nommait Ceylan ne manque pas d’attrait. D’immenses parcs nationaux protègent les hordes d’éléphants sauvages. Les sites antiques d’Anuradhapura, Dambulla et Polonnaruwa figurent sur la liste du Patrimoine de l’Unesco, de même que l’ancien comptoir hollandais de Galle. Les poivriers abondent dans les jardins d’épices, tout autant que les fraises sur les sommets de l’île. Et les plages du Sri Lanka offrent l’occasion d’un instant de détente, après un voyage à la rencontre d’un peuple souriant et accueillant.

Nous contacter

Les destinations

Sigiriya

Au centre de l’île surgit un promontoire vertigineux. Pour les courageux qui l’escaladent, le Rocher du Lion à Sigiriya offre un panorama à couper le souffle.

Nous contacter

Galle

Dans leur volonté de protéger leurs routes commerciales en Asie, les Hollandais fondent le comptoir de Galle. Ses remparts intacts veillent toujours sur les demeures des marchands.

Nous contacter

Polonnaruwa

Ancienne capitale de Lanka, Polonnaruwa est bâtie autour du Dalada Maluwa, sanctuaire principal de la ville. Abandonnée à la jungle au XIVème siècle, elle est aujourd’hui protégée par l’Unesco.

Nous contacter

Kandy

Edifié au bord d’un lac, le temple de la Dent de Bouddha est un centre de pèlerinage bouddhiste majeur. La quiétude de Kandy et son agréable climat en font une étape pleine de charme.

Nous contacter

Nuwara Eliya

Nuwara Eliya est née de la volonté des colons britanniques de créer une station d’altitude, loin de la torpeur des plaines. L’atmosphère anglaise de la bourgade provient aussi des innombrables plantations de thé.

Nous contacter

Anuradhapura

Dagobas, bassins et vestiges de monastères rappellent qu’Anuradhapura fut une prestigieuse capitale royale, avant d’être éclipsée par sa rivale Polonnaruwa.

Nous contacter

Les thématiques

Le thé de Ceylan

Au XIXème siècle, des colons britanniques sont à l’origine de ce qui sera « l’or vert » de Ceylan. Profitant du climat frais et humide des hautes terres, ils défrichent des milliers d’hectares de forêts autour de Nuwara Eliya. Des hommes comme Thomas Lipton bâtiront des fortunes colossales dans cette aventure commerciale.

Les paysages de cette région accidentée de l’île sont encore marqués par cette culture. Des fabriques, pour certaines centenaires, produisent chaque année 300 000 tonnes de thé. Le Sri Lanka est actuellement le quatrième exportateur mondial.

Les batiks

Importé d’Indonésie par les Hollandais, le travail du batik s’est considérablement développé au Sri Lanka.

Les manufactures continuent d’emprunter les techniques traditionnelles, consistant à dessiner les motifs, appliquer de la cire chaude puis les couleurs des plus claires aux plus foncées. Au terme du processus, on enlève la cire.

De nombreuses boutiques et des vendeurs à la sauvette proposent ses créations ; la qualité des batiks varient autant que les prix !